Arrivée à Honfleur

Arrivée à Honfleur sur les coups de midi : première impression mitigée… temps gris, ville qui paraît endormie…

Le petit port est charmant, il me rappelle celui de Vannes.  Déjeuner dans un petit restaurant. Les moules au cidre (on est en Normandie ou on y est pas) sont délicieuses.

Puis ballade, histoire de découvrir la ville. On arrive dans l’estuaire de la Seine bordée un long chemin carrossable. Au loin on peut distinguer le Pont de Normandie, géant de métal qui s’efface presque dans le ciel nuageux et dont la structure métallique fait écho aux structures industrielles qui le côtoient.

Peu à peu, on sent le soleil percer les nuages, il fait plus chaud, les couleurs changent imperceptiblement. La lumière plus chaude du soleil fait ressortir les teintes claires des arbustes qui contrastent avec le bleu d’un petit pont du Jardin des Personnalités, avec l’orange flamboyant d’un buisson, le tout se détachant sur le fond gris de l’estuaire.

Dans le jardin des personalités, on croise évidemment Claude Monet mais aussi Françoise Sagan ou Michel Serreau. On comprend peu à peu leur attachement pour cette raison quand on voit à quelle vitesse les couleurs peuvent varier et à quel point le paysage peut changer du tout au tout.

Et puis le Jardin des Personnalités a ceci de particulier qu’il ne se trouve pas dans la ville mais à la sortie de celle-ci, sur l’estuaire. Au fil des allés, le promeneur découvre ainsi la ville de Honfleur perchée sur la colline ou l’horizon sans fin de la mer dans lequel l’œil ne trouve aucun point d’attache.

Derniers arbres avant le large, dernières sophistications humaines avant l’inconnu, le jardin est au bord du vide, au bord du large.

On retrouve ensuite le vieux port de Honfleur baigné dans la lumière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code