Calendrier de l’Avent #10 Deux DVD autour de Pina Bausch

Je finis aujourd’hui ma série d’articles sur la danse avec deux DVD sur Pina Bausch, la célèbre chorégraphe allemande dont je vous parlais déjà ici.
D’abord, Les Rêves Dansants de Pina Bausch nous emmène dans le Making of de la pièce Kontakthof avec de jeunes adolescents qui n’ont jamais pratiqué la danse et qui sont encadrés lors de la répétition par deux danseuses de la compagnie de Pina.
Pina Bausch supervise aussi de loin en loin les progrès des jeunes. Le Making of met en valeur les sentiments des jeunes qui sont très enthousiastes de leurs découvertes. Mais surtout, on assiste à leurs premiers pas hésitants, à la difficulté de jouer un rôle, de s’imprégner du personnage dans une pièce où l’interprétation est bien plus ouverte que dans un ballet classique. Mais c’est aussi parce qu’il ne s’agit pas d’un ballet classique que de jeunes adolescents peuvent se plonger dedans, progresser et montrer ainsi que l’oeuvre de Pina Bausch est autant une question de danse que d’expression de sentiments et qu’elle est en cela plus accessible, bien que plus abstraite que d’autres pièces classiques. Kontakthof est aussi l’occasion pour ces jeunes de vaincre leur timidité dans les scènes où les corps se déshabillent, se touchent, s’auscultent. Ils se trouvent ainsi confrontés à des problématiques qui raisonnent particulièrement à leur âge, autour du rapport au corps, et se retrouvent à jouer des situations qu’ils n’ont pas nécessairement connues dans la vie réelle. Le spectacle est aussi l’occasion de voir Pina Bausch en personne, donner quelques indications et surtout poser un regard si bienveillant sur cette troupe d’enfants.
Car dans le second film intitulé Pina et réalisé par Win Wenders en , elle sera absente puisqu’elle est décédée juste avant le début du tournage. Wim Wenders qui travaillait avec elle sur ce projet depuis de nombreuses années mêle alors des captations des quatre pièces enregistrées en public additionnées de scènes tournées sur le plateau sans spectateur, ce qui permet un regard plus proche, de mieux cerner les détails ou de changer de points de vue, à des solos et des duos des danseurs de la compagnie qui évoquent ainsi leur rapport qu’ils entretenaient avec Pina Bausch. Ces scènes sont souvent tournées en ville, dans des décors industriels ou dans une nature modelée par l’homme.Il s’en dégage des sentiments forts, soulignant l’expressivité de la danse de Pina Bausch et la profonde tristesse ressentie par chacun des membres de la compagnie. Les suppléments du DVD sont très intéressants et montrent comme Wim Wenders a construit son projet, en filmant notamment les scènes au moyen de deux cameras superposées pour restituer la réalité des mouvements et la profondeur de champ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code