Calendrier de l’Avent #8 Autour de la danse : deux expositions et un livre

Je vous entraîne à présent pendant trois jours dans le monde de la danse.
D’abord, deux belles idées de sorties pour ceux qui n’habitent pas trop loin ou carrément à Paris : l’exposition Toulouse Lautrec au Grand Palais et celle autour de Degas et la danse au musée d’Orsay. Tous deux ont peint les spectacles qui se tenaient au 19e siècle à Paris, le premier arpentant les cabarets et l’autre l’opéra.
Le musée d’Orsay était tout choisi pour une telle exposition puisqu’il a dans ses collections permanentes un magnifique plan de coupe de l’opéra Garnier. On y mesure la grandeur du bâtiment et l’ingéniosité de ses décors. Le Musée expose aussi habituellement la fameuse petite danseuse de Degas sur laquelle nous reviendrons demain.
Ce qui est frappant dans l’exposition Degas, c’est qu’autour d’un thème finalement assez restreint comme les portraits des danseuses de l’Opera, Degas parvient à une diversité impressionnante allant des rapides études à des tableaux très travaillés. Il rendra toujours compte du mouvement des corps, de la lumière et de la transparence des tutus. Il changera de point de vue, alternant des plongées depuis le haut d’un balcon et des contre plongées donnant beaucoup de dynamisme à l’ensemble. À la fin de sa vie, il évoluera vers un style plus brut, plus moderne aussi.
Au même moment, Toulouse Lautrec parcoure les cabarets parisiens. Il n’est pas seulement observateur de cette vie nocturne, il y participe aussi et se représente d’ailleurs dans plusieurs tableaux. Il reproduit les visages vus furtivement, l’éclairage laissant place à des zones d’ombre. Il produit également des affiches pour certains spectacles dans un style très moderne et géométrique. Les décors qu’il fait pour le cabaret où se produit la fameuse Goulue sont gigantesques. Le rendu du mouvement, des mains du pianiste en action dans cette  oeuvre qui peut paraître assez brute de prime abord est impressionnant.
Enfin, je voudrais partager avec vous le livre  Pina Bausch de Maarten Vanen Abeelle emprunté à la bibliothèque qui s’ouvre sur un petit texte de Fellini. J’aime bien les coïncidences qui vous font découvrir de deux artistes évoluant dans des sphères à priori éloignées s’apprécient. C’est le cas ici puisque Fellini explique comment, lui qui n’apprécie pas beaucoup la danse, est émerveillé par la chorégraphie de Pina Bausch et lui propose un rôle dans Vogue le Navire. J’ai vu ce film il y a longtemps et n’avais jamais remarqué que cette grande chorégraphe y tenait un rôle.
Le livre est fait de magnifiques photographies en noir et blanc de danseur en action très inspirantes sur lesquelles on pourrait s’arrêter des heures. On y retrouve notamment l’iconique Sacre du Printemps.
Si cela vous intéresse, j’ai gardé sur mon profil Instagram dans l’onglet “Expositions” les stories que j’avais publiées sur Degas et Toulouse Lautrec.
Exposition au Musée d’Orsay Degas et l’opéra jusqu’au 19 janvier 2020
Exposition au Grand Palais jusqu’au 27 janvier 2020.
Pina Bausch de Maarten Vanen Abeele aux éditions Plume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code