Le château et les jardins de Chaumont

Ambiance très différente pour le château de Chaumont qui abrita un temps Diane de Poitiers et dont les initiales figurent encore dans certaines des pièces. L’ambiance est plus rustique mais quel plaisir de s’imaginer marchant dans les pas de cette femme mystérieuse dont la beauté la rendit  célèbre et si jalousée de ses contemporains.

Les jardins de Chaumont sont formés de petits bosquets consacrés chacun à un thème différent. Le visiteur pourra ainsi découvrir le cimetière des plantes disparues qui interpelle sur le nombre d’espèces anéanties et sur l’importance de préserver la biodiversité.

Le jardin dans la ville ou celui fait d’élément de récupération sont également l’occasion de s’interroger sur le rapport de la nature à l’urbanisme.

Il est certain que certaines créations laisseront le visiteur perplexe comme celle mimant la dégradation de l’environnement en mettant en scène des béquilles et des perfusions.

Mais la plupart du temps ces mises en scène transforment le jardinage en véritable art floral. Les créations associent les plantes et les autres objets du jardin pour faire naître une véritable atmosphère en quelques mètres carrés.  Une roulotte nous transporte ainsi dans un environnement bohème.

Les plantes du Sud nous font goûter les couleurs vives, le graphisme et l’odeur des jardins  méridionaux.

Un lit blanc nous invite a nous étendre en profitant des joies du plein air tandis que le jardin  “à la chinoise nous conduit à travers ses bandelettes rouges et bleues dans une atmosphère mouvante mêlant le vent et l’eau. Des clochettes suspendues aux lanières accueillent le visiteur par des sons évoluant aux rythmes des courants d’air. Les pilotis rendent le charment et rendent son pas plus lent et plus attentif. Les lanières se reflètent dans l’eau.

Plus loin, des fleurs d’acier se marient au végétal pour faire naître une ambiance naïve.Des grands bulbes de bois nous accueillent dans des allés pavées d’écorce de pin pour nous rappeler l’importance de l’équilibre interne de la terre, de ses échanges précieux invisibles à l’œil. En effet, une grande partie du jardinage ne réside-t-il pas dans le fait de planter une petite graine ou un vulgaire bulbe cabossé et sec et de voir apparaître quelques jours plus tard un magnifique dahlia ou une salade croquante et ce, grâce a la savante alchimie de la nature.

Un grand dôme de plastique nous conduit à voir notre monde du dessus comme des extra terrestres observant notre planète bleue. Les rayons de soleil qui frappent durement  cette bulle évoquent les effets de serre et nous rappellent que nous sommes enfermés sur terre comme ces mannequins sous ce globe transparent.

Les décors s’insèrent toujours dans le paysage. De  longs tubes surmontés de boules brillantes mettent ainsi en valeur les verticales des tours  du château. La vallée des brumes aménagée dans les contreforts de la butte que surplombe  le château offre un peu d’ombre aux promeneurs et joue avec l’encaissement des lieux pour y créer une atmosphère brumeuse rappelant les ambiances tropicales. La visite se construit ainsi de découvertes en découvertes, de surprises en surprises et renouvelle l’art du jardin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *