Harry Callahan

Harry Callahan est un photographe américain né en 1912 à Détroit dont certaines photographies ont récemment été exposées à la Fondation Cartier Bresson à Paris.

Harry Callahan 'Chicago' 1950

Harry Callahan ‘Chicago’ 1950

Il ressort de l’ensemble de ses photographies un profond sentiment de tendresse et d’humanité, qu’il s’agisse des portraits de sa femme et de sa fille maintes fois photographiées ou celles des passants dans les rues.

A aucun moment, on ne tombe dans les clichés convenus de la photographie de famille ou de l’ambiance urbaine.

Au contraire, Callahan n’hésite pas à photographier son épouse et sa fille dans des paysages urbains durs, dans des plans larges où elles semblent perdues au milieu d’une immensité d’asphalte, ne représentant qu’une figure géométrique parmi d’autre.

Harry Callahan - Eleanor and Barbara, Chicago, 1953

Harry Callahan – Eleanor and Barbara, Chicago, 1953

Elles ne sont pas pourtant réifiées. Il ne semble  pas que le propos de ces clichés soit de dénoncer l’inadaptation des humains à leur environnement moderne, comme a pu le faire Antonioni dans sa célèbre trilogie La Nuit, l’Aventura et l’Eclipse.Mères et filles intègrent à leur paysage quotidien, mêlant leur silhouette à l’environnement ambiant. Les portraits, les décors et l’exposition sont épurés, il n’en ressort que l’essentiel.

Harry Callahan - Eleanor (Chicago - 1953)

Harry Callahan – Eleanor (Chicago – 1953)

Harry Callahan - Eleanor (1950)

Harry Callahan – Eleanor (1950)

Harry Callahan - Antonioni Michelangelol - Avventura

Harry Callahan – Antonioni Michelangelol – Avventura

Tel le portrait en plan rapproché de Mme CALLAHAN  où seuls ses principaux traits ressortent. De même, une profonde sensualité ressort de cette brindille surexposée dont le tracé hésitant donne au sujet toute sa force et tout son sens.

Harry Callahan : Weed against sky

Harry Callahan : Weed against sky

Ce qui semble importer est la beauté de la ligne, l’harmonie de la composition. D’ailleurs, quand Harry Callahan photographie la nature, il en fait aussi ressortir les lignes géométriques ou il s’évade à travers des montages où des corps de femme ou de jeux d’enfants apparaissent en surexposition, montrant le lien intense qui existe encore entre les êtres les plus chers aux yeux du photographe et le monde environnant.

Harry Callahan : Photography composition vintage

Harry Callahan : Photography composition vintage

Pour finir, je vous conseille ce site pour un autre compte rendu de l’exposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *