Warren Zavatta à la Gaité Montparnasse

Que faire un samedi soir avec des amis à Paris ? Je ne saurais que vous conseiller de faire un tour à la Gaité Montparnasse où se produit Warren Zavatta, le petit fils d’Achille Zavatta.

Un one man show où l’artiste dépeint de manière à la fois émouvante et mordante son enfance dans le cirque de son illustre grand père. Il décrit la difficulté de se trouver une place dans ce monde et de choisir sa voie.

Les fauves ? ils sont sous prozac et le collant serré avec la ceinture paillette et le fouet …. très peu pour lui …

La magie ? tout est bidonné, c’est pour ceux qui n’ont aucun talent …

Le jonglage ?  Vous trouvez çà intéressant de lancer des balles ou des massues dans l’air ?

Les autres domaines artistiques ? Impensable à cause des étiquettes. Ton père était comédien, tu seras comédien, il était chanteur, tu seras chanteur ….

La vie civile ? impossible avec un patronyme pareil et puis, il faut se rendre à l’évidence, si Warren Zavatta n’a pas la fibre du cirque, il a un indéniable don d’artiste. Tout en dénigrant et caricaturant la vie des “romanos”, comme il appelle son entourage, il nous fait partager ses souvenirs et la tendresse des liens tissés avec sa famille. Le thème principal est la critique du refus des aînés d’évoluer vers une autre forme spectacle, de sortir de la tradition de la succession de numéros sans lien logique ou artistique entre eux.  Mais en creux, il y a un réel attachement au spectacle et à l’art de la scène.

D’ailleurs,  il nous montre qu’il maîtrise les fondamentaux du cirque : jonglage, marche sur un énorme ballon .. ce qui ne s’improvise certainement pas.

Et quand il explique qu’il se réveillait chaque jour avec sa sœur dans un nouveau terrain de jeu, comment ne pas comprendre l’émerveillement de l’enfant qui au gré des voyages de ses parents, découvre chaque jour un nouvel univers ….

Finalement; la famille achète une maison en banlieue mais les enfants refusent d’y entrer, préférant rester dans la caravane garée dans le jardin pour se préserver de cette nouvelle vie sédentaire qui fait perdre au quotidien une grande partie de son charme.

Ainsi, d’anecdotes en anecdotes, de coups de gueule en comique de situation, on rit, on est ému et on partage pendant un temps l’univers d’une famille pas comme les autres, si éloignée du quotidien du tout à chacun et dont la seule évocation appelle  des fantasmes, des images colorées, des chants, de la Gaité.

Donc …… Warren Zavatta jusqu’au 30 juin 2011 au Théâtre de la Gaité Montparnasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code